Quatuor Ébène

2017 - LA VIE NOUVELLE…

 

Chers amis, au début du mois d’Octobre nous sommes partis au Japon à 3 + 1, et nous en revenons à 4 avec l’immense plaisir de vous annoncer l’arrivée de Marie Chilemme au sein du Quatuor Ebène !!!

 

Magnifique musicienne et camarade, Marie nous apporte une énergie, une joie et une sagesse qui nous font redoubler de motivation, de créativité et d’inspiration ! D’autant plus à l’approche de notre cycle complet des Quatuor de Beethoven, enregistrés live et autour du monde à l’horizon 2020.

 

Après trois années passionnantes et une fructueuse collaboration, Adrien a pris la décision de se retirer du Quatuor pour embrasser totalement la carrière de soliste. Nous lui souhaitons fraternellement et chaleureusement tous nos voeux de succès et d’accomplissement.

 

Au plaisir de vous retrouver sur la route et en musique,

4e


 « Un quatuor à cordes classique qui peut sans peine se métamorphoser en un jazzband », titrait le New York Times après une apparition sur scène du Quatuor Ébène. Émerveillé, le critique décrit comment les quatre musiciens ont joué d’abord Haydn et Debussy pour passer ensuite, après la pause, de leur arrangement de la musique du film « Pulp Fiction » à une improvisation sur le « Spain » de Chick Corea, et finir, en rappel, par dévoiler les voix d’un excellent quatuor a cappella.     

 

Aucun doute : ces quatre Français ont de la classe, et sont aujourd’hui le groupe le plus polyvalent de la scène internationale du quatuor à cordes. Aucune autre formation n’évolue de manière si souveraine et enthousiaste entre différents styles que ces Ébènes.     

 

Plutôt inhabituelle dans le monde de la musique de chambre, cette voltige d’un style à l’autre peut rencontrer d’abord quelque méfiance, certainement due à l’abus du terme : « crossover » qui cache si bien le médiocre et le superflu. Pourtant avec les Ébènes, c’est autre chose : quand ils créent un projet, c’est avec goût et intégrité.

 

Leur répertoire traditionnel ne souffre en aucun cas de cet amour pour le jazz. Bien au contraire : on a parfois l’impression que le fait de se pencher sur « l’autre face » de la musique les inspirerait aussi dans leurs démêlés avec les œuvres classiques.  

 

Il y a dans les concerts de la formation française un élan tout particulier, un élan qui sied si bien à la musique de chambre moderne. Car ces jeunes musiciens au coeur enflammé pour la tradition parviennent à passionner et captiver les jeunes auditeurs pour ce genre si particulier qu’est le quatuor à cordes. Leur jeu est si convaincant, leur apparition si charismatique, que l’on ne peut simplement pas échapper à la magie des chefs-d’œuvre.  

 

Le Quatuor Ebène a ainsi brûlé les étapes : après des études dans la classe du Quatuor Ysaye à Paris, la formation, fondée en 1999, fait fureur en 2004 lors du Concours international de l’ARD à Munich où elle obtient le premier prix ainsi que cinq prix spéciaux.   

 

En 2005, le quatuor a été lauréat du prix Belmont de la Fondation Forberg-Schneider restée, depuis, étroitement liée aux musiciens. Cette fondation a réussi àleur procurer de merveilleux instruments anciens, italiens, qui ont été mis à leurdisposition par un particulier.      En 2007/2008 le quatuor se produit entre autres au Wigmore Hall Londres, au Concertgebouw d’Amsterdam, à la Philharmonie de Berlin, au Carnegie Hall de New York et ont participé en 2009 à un cycle Haydn duWigmore Hall de Londres, avec les quatuors Hagen, Emerson et Arcanto.     

 

2009 marque également le début d’une collaboration avec le label Virgin Classics : le disque Debussy/Ravel/Fauré, récompensé par l’ECHO Klassik, le ffff de Télérama, le Choc du Monde la Musique, le MIDEM Classic Awards et surtout une des récompenses les plus convoitées : « Record Of The Year » du magazine Gramophon. S’ensuit un album Brahms avec la pianiste Akiko Yamamoto où, là encore, le quatuor montre sa capacité à jouer sur tous les tableaux. Quelques mois plus tard, le quatuor est nommé « Ensemble de l’Année » aux Victoires de la Musique.      

 

 

Adrien Boisseau - Pierre Colombet - Raphaël Merlin - Gabriel Le Magadure

        alto                      violon                   violoncelle            violon

Le Quatuor Ebene © Julien Mignot
Le Quatuor Ebene © Julien Mignot

 

 

C’est ensuite en 2012 qu’est paru l’album Fictions, mélange de jazz et d’arrangements « crossover », faisant l’unanimité dans la presse internationale et recevant la même année un Echo Award. Côté classique, le quatuor reste fidèle à lui-même : un nouvel album avec les quatuors à cordes (KV421 et KV465) et le divertimento (KV138) de Mozart est paru en septembre 2011, de nouveau chez Virgin ainsi qu’un coffret dans lequel avec d’autres musiciens, ils jouent la musique de chambre de Fauré. Ces enregistrements ont tous deux reçu un Echo Award 2012. Dans le CD Felix & Fanny, paru au début 2013 chez EMI, il interprète le seul quatuor composé par Fanny Mendelssohn, ainsi que les quatuors op. 13 et op. 80 de Felix Mendelssohn. Ce disque a remporté le BBC Award 2014.  

 

Au printemps 2014, le Quatuor Ébène réalise, avec Stacey Kent, Bertrand Lavilliers et Richard Héry, l’album Brazil. 

 

Le répertoire classique fondamentale pour quatuor à cordes restera sa pierre angulaire : en 2015, le Quatuor Ebène a fait une tournée européenne avec les quatuors op 131 et op 132 de Ludwig van Beethoven. Au cours des 5 prochaines années, ils joueront tous les quatuors de Beethoven, avant d’en présenter l’intégrale en concert en 2020, et ce notamment au Carnegie Hall de New York.

 

Le Quatuor Ebène est artiste en résidence au Mecklenburg-Vorpommern Festival au cours de l'été de 2015 : pour un total de 20 concerts et avec une farandole d’invités prestigieux dans une programmation particulièrement éclectique.

 

Pour l'été 2016, entre les Festivals de Verbier et de Gstaad, il a joué aux « Chaises Musicales » les 2 et 3 août à Saint Pierre de Maillé. Le Quatuor Ébène qui a été invité à jouer pour l’année 2020 l’intégrale des 16 quatuors  de Beethoven par le Carnegie Hall de New York, a donné au public de Saint Pierre de Maillé le privilège de l’entendre interpréter le quatuor n° 12, opus 127 de ce compositeur, l’un de ses derniers quatuors, contemporain de la Neuvième Symphonie.